4 mythes ridicules sur la nutrition dont vous êtes peut-être victime

Plus jeune, je croyais que pour maigrir rapidement, je n’avais qu’à ne rien manger pendant un certain temps. Que de diminuer mes calories au minimum m’amènerait à la silhouette dont je rêvais. C’était logique, non?!

Pas du tout! Mais à première vue, ce l’était pour moi.

Avez-vous, vous aussi, déjà été victime de mythes qui vous ont probablement valu de retarder l’atteinte de vos objectifs? Ou alors, qui vous ont été totalement inutiles à suivre?

Ou peut-être n’en êtes-vous tout simplement pas encore conscient.

Pas surprenant! Puisqu’il existe d’innombrables mythes dans notre société. Qu’ils proviennent de votre manque de connaissance, d’informations déformées par leur transmission, tel le jeu du téléphone, ou d’une quelconque astuce de vente de produits ou services, il vous faudra sans doute bien du temps avant de vous en rendre compte.

Voici 4 mythes des plus couramment observés sur la nutrition dont la vérité risque de changer votre perception des choses. Qui sait, vous atteindrez peut-être enfin les objectifs que vous mettez tant d’efforts à réaliser.

Mythe 1 : Manger et maigrir

Si je diminue mes calories au minimum ou que je ne mange pas, je vais enfin maigrir! FAUX!

femme qui se bâillonne la bouche avec un ruban à mesurer

Cette pensée qu’ont plusieurs jeunes femmes, peut-être ignorantes de l’impact de la sous-alimentation sur leur santé, va totalement à l’encontre des résultats qu’elles cherchent à obtenir.

Voyons, le corps humain est bien plus brillant que ça!

Depuis le début de son existence, il a dû affronter plus d’une condition de famine. Ne pensez-vous pas qu’il est programmé pour sa survie avant toute chose?

Bon d’accord, il est vrai qu’un bilan énergétique négatif à vos besoins vous fera perdre du gras. Mais il faut comprendre comment l’appliquer.

Fille désespérée face à son assiette presque vide

Les diètes populaires faibles en calories ne tiennent généralement pas compte de la valeur des aliments. Elles ne permettent donc pas à votre organisme de trouver les nutriments dont il a besoin pour bien fonctionner.

Utiliser ce type de régime ou pire ne rien manger, sonnera une alerte à votre corps. Ce dernier ralentira alors son métabolisme afin de diminuer sa consommation en énergie. Tout ce qui sera ingéré sera stocké en vue de survivre le plus longtemps possible.

À court terme, vous perdrez probablement du poids. En ne fournissant pas à votre corps l’énergie dont il a besoin, il ira la puiser dans ses réserves.

Mais rapidement, vous en ressentirez :

  • des pertes d’énergie et de résistance
  • le sentiment de faim
  • des risques de symptômes de malnutrition
  • une inefficacité immunitaire
  • des troubles digestifs

À long terme, votre santé globale s’en sentira gravement affectée.

Sans compter la rechute presque assurée vers vos anciennes habitudes alimentaires.

De plus, en ralentissant ainsi votre métabolisme, l’élimination de graisse se fera de plus en plus difficile

La vraie recette miracle, êtes-vous réellement prête à l’entendre?!

La solution est simple:

Un régime alimentaire équilibré, riche en nutriments et adapté à vos besoins énergétiques et vos objectifs + la pratique régulière et constante d’activités physiques favorisant un déficit calorique!

*Voici mon menu typique à titre d’exemple.

Pensez incorporer des superaliments dans votre menu. Vous obtiendrez ainsi plus facilement un important apport en nutriments sans gonfler celui en calories. 🙂

Photo d’un carnet de notes entouré d’une pomme, une salade, des haltères et un verre d’eau

Bon je sais, elle ne semble pas aussi miraculeuse que les autres qui vous promettent la perte de 50 lb en 30 jours. Mais je vous assure que celle-ci sera bien plus facile à maintenir à long terme. Et vous savez le plus merveilleux, vous atteindrez vos objectifs de toute façon et vous serez capable de les conserver après! 🙂

Mythe 2 : Les glucides

Éliminez les glucides, ce sont vos pires ennemis. Ils vous feront engraisser. FAUX!

Fille qui n’a pas envie de manger ses légumes

Votre véritable pire ennemi est l’abus!

Saviez-vous que les glucides sont non seulement l’un des principaux constituants des grains mais aussi des fruits, légumes et légumineuses?

Alors si vous les éliminez tous, que restera-t-il dans votre assiette?

D’accord, vous pouvez opter pour des légumes verts très riches en vitamines et dont les principaux glucides sont des fibres. Non, mais quelle variété!

Et est-ce que votre but est de devenir une plante verte enracinée dans votre chaise?!

Non j’exagère… Mais je ne connais aucun athlète qui serait ravi de se voir coupé de sa source première d’énergie!

Bon, j’avoue que vous n’êtes peut-être pas un athlète non plus. Peut-être même que votre style de vie est plutôt sédentaire… Mais reste que votre corps en a de besoin.1

Votre cerveau, votre système nerveux, digestif, immunitaire, vos muscles et vos organes internes nécessitent un apport minimal en glucides pour bien fonctionner.

Oui, il est vrai qu’un excès en glucides peut devenir problématique, tout comme celui en lipides ou même en protéines. Mais il s’avère d’autant plus exact qu’une déficience de l’un d’eux peut également entraîner des problèmes de santé.

Un bon dosage et un choix adéquat des glucides ne provoqueront certainement pas un gain de poids.

Pour ce faire,

  • Favorisez les glucides provenant d’aliments à faible indice glycémique ainsi que les fibres.
  • Évitez les sucres, les aliments raffinés ou blanchis, ceux ayant un fort indice glycémique.

Afin de simplifier le tout, retenez la hiérarchie suivante, soit du plus fort au plus faible indice glycémique :

pyramide des aliments à privilégier selon leur indice glycémique

Sans excès, plusieurs glucides sont donc bons pour vous! Mangez-en, mais choisissez-les intelligemment.

Mythe 3 : L’entraînement et la mal bouffe

Enfin! Vous pouvez manger tout ce qu’il vous plaît maintenant que vous vous entraînez! FAUX!

Si seulement c’était aussi facile, ça en motiverait peut-être plusieurs!

Mais non, je suis désolée de vous décevoir encore une fois!

“Pourtant mon ami mange de la cochonnerie toute la journée et il n’a pas une once de gras depuis qu’il s’entraîne!”

Il est une exception et plusieurs facteurs sont en cause!

Fille avec une pomme qui envie son copain avec une pizza

Nombreux sont les facteurs qui peuvent influencer votre dépense énergétique2

  • Votre métabolisme de base,
  • votre sexe,
  • votre âge,
  • votre niveau d’activité physique,
  • votre type de travail,
  • vos conditions de vie,
  • et bien plus encore…

Si vous êtes une femme, vous n’aurez pas les mêmes demandes énergétiques qu’un homme. Généralement parce que leurs taille, poids et masse musculaire sont très différents.

Si vous avez dépassé le cap de la quarantaine, vous verrez également votre capacité à perdre du poids diminuée. Malheureusement, en vieillissant, la masse musculaire diminue, les hormones changent, le métabolisme ralentit. Bref tout pour rendre plus difficile l’élimination des excès.

Êtes-vous du genre à engraisser juste à l’idée de manger un morceau de gâteau? Si oui, je doute fort que quelques “push-up” et “sit-up” changent réellement vos prédispositions métaboliques à engraisser si vous engloutissez un gâteau tous les jours.

Ne comparer pas non plus une dépense énergétique d’un travail de bureau et de 3 fois 1h de gym par semaine avec une personne travaillant sur un chantier de construction ou un entraîneur de spinning.

Le stress, le manque de sommeil et plusieurs autres facteurs de votre vie personnelle, sont également sujets d’affecter votre capacité à éliminer les gâteries que vous pensez pouvoir mettre dans votre bouche parce que vous vous entraînez.

Fille endormie sur son bureau plein de papiers

Mais vous pouvez faire comme notre ami à l’alimentation déficiente ; du McDo pour déjeuner, des bonbons toute la journée, un bon repas des fois pour souper et 2-3 rôties (pain blanc) au beurre d’arachide ou “Froot Loops” le soir. Très peu de légumes et beaucoup de sucre! Et avec beaucoup de chance, vous récolterez aussi un physique de rêve à en faire frustrer plusieurs…

Mais regardons un peu ses conditions de vie avant et les conséquences de ses choix.

  • Travail : 10h d’entraînement intensif de groupe ou privé / 5 jours semaine – et croyez-moi, il doit en faire au moins la moitié avec ses élèves!
  • 1 à 2h d’entraînement personnel style crossfit / 5 fois par semaine
  • Propriétaire de gym et actif du matin au soir dans plusieurs projets stressants
  • Homme de 36 ans avec une bonne masse musculaire
  • Moyenne de sommeil = 6h

Vous comprenez qu’il lui soit presque impossible d’emmagasiner des réserves?

Du moins, c’est ce que l’on voit au premier coup d’oeil.

Sachez que vos abus ne s’accumulent pas seulement sous la surface de la peau. Parfois, ils se transforment en graisses viscérales ou abdominales en se logeant entre les organes internes.3

Les graisses viscérales sont plus difficiles à voir et même une personne mince peut en avoir en réserve. Elles sont pourtant tout aussi, sinon plus dangereuses pour votre santé.

Comme les graisses sous-cutanées, elles augmentent considérablement vos risques de développer des troubles cardiaques, des maladies cardio-vasculaires et artérielles, le diabète et autres problèmes de santé.

L’une des principales causes de l’accumulation des graisses viscérales est une alimentation riche en glucides menant à une résistance à l’insuline.

Mon ami est souvent victime de crises d’hyperglycémie. Sa consommation en glucides étant trop élevée pour sa production d’insuline, le sucre s’accumule dans son sang et fait grimper sa glycémie. Des malaises de toute sorte surviennent:

  • étourdissements,
  • tremblements,
  • faiblesse,
  • sueurs,
  • pâleur,
  • mal de tête,
  • soif et faim intense…

Il lui arrive même de se réveiller la nuit en sueur, tremblant et confus.

À force de bombarder son système avec une tonne de sucres, pas étonnant que celui-ci ait du mal à éliminer l’excédant.

Alors, si votre but premier de vous entraîner est de pouvoir manger n’importe quoi, alors vous pouvez peut-être y arriver en suivant son exemple. Mais tout comme lui, vous finirez indéniablement par en payer le prix sur votre santé.

Et soyez certain que les conséquences d’une alimentation malsaine sont innombrables!

Vous avez beaucoup plus d’avantages à adopter de saines habitudes alimentaires avec votre programme d’entraînement physique. 🙂

Fille qui kick un hamburger et un lait frappé

Mythe 4 : Les suppléments protéinés

Si vous vous entraînez, n’oubliez surtout pas de vous bourrer de suppléments protéinés sans quoi vos muscles manqueront de tonus et seront mous. FAUX!

Photo d’un haltère avec des suppléments alimentaires et shaker

Faisons un peu de mathématique ensemble.

Quoi, vous n’aimez pas les math? Ok, alors, je ferai tous les calculs pour vous encore une fois… psssf

Considérons;

un apport quotidien en protéine recommandé de 0,8g par kilogramme de poids corporel

pour une personne ayant un niveau d’activité modéré.1 Un homme moyen de 70 kg devrait donc consommer 56g de protéines tandis qu’une femme de 58 kg, 46g.

Les athlètes d’endurance et de force dont la réparation des tissus est plus importante et devant être plus rapide, peuvent consommer à peu près jusqu’à 1,7g de protéines par kilogramme de leur poids. Ainsi, le même homme et la même femme devraient ingérer 119g et 98,6g respectivement.

Maintenant, examinons rapidement un plan alimentaire typique et équilibré ;

Déjeuner : minimum de 25-30g de protéines
Collation : min. de 5-10g
Dîner : environs 30-35g
Collation : min. 5-10g
Souper : environs 30-35g

Ce qui nous donne entre 95 et 120g de protéines par jour.

Or, semblerait-il qu’une personne moyenne en consommerait facilement le double de son besoin.

Alors, expliquez-moi pourquoi les suppléments protéinés seraient-ils nécessaires?

D’accord, j’avoue! Si votre désir est de devenir madame ou monsieur Olympia, vous en aurez bien besoin. Mais selon moi, vous aurez probablement besoin de bien plus que quelques protéines supplémentaires…

Une bonne poudre de protéine naturelle ou collation faite à base de concentré protéiné et produits naturels peuvent aussi vous servir à diversifier votre menu. Ils sont des choix santé pour des collations ou repas rapides. Ou encore des substituts pour les végétariens ou les personnes avec des restrictions alimentaires affectant leur apport en protéines.

Soyez néanmoins conscient que ces suppléments ne sont simplement pas une nécessité parce que vous vous entraînez. Votre apport, peu importe votre niveau d’activité, peut largement être comblé avec une diète adéquate et composée de vrais aliments.

Photo d’aliments contenant de la protéine

Vous ne deviendrez pas plus musclé non plus parce que vous en prenez tandis qu’une surcharge en protéines provoquera une accumulation de calories par son inutilisation.

Think about it!


Conclusion

Alors, vous êtes vous reconnu victime de l’un de ces mythes?

Si oui, n’en soyez pas offusqué ou gêné, vous n’êtes pas le seul et maintenant dites-vous que vous ne le serez plus!

Vous connaissez désormais 4 réalités sur de fausses croyances adoptées par des millions de personnes dans ce monde. De quoi changer une vie! 🙂

Dans le prochain article, vous pourrez également découvrir 4 croyances fautives, mais cette fois, reliées au monde du fitness.

Et maintenant, dites-moi, y a-t-il d’autres croyances qui vous ont déjà induit dans l’erreur?

Quels doutes avez-vous encore sur certains sujets qui vous semblent illogiques?

Partagez-moi vos commentaires sur ma page Facebook.

Et partagez cette image sur Pinterest 🙂

Découvrez 4 mythes ridicules sur la nutrition dont vous êtes peut-être victime

Show 4 footnotes

  1. M.HAAS, Elson, MD et Buck LEVIN, PhD, RD. Staying Healthy with Nutrition. The complete guide to diet and nutritional medicine. 21st-Century Edition, New York, Ten Speed Press, 2006, 927 pages.
  2. http://www.larousse.fr/encyclopedie/medical/d%C3%A9pense_%C3%A9nerg%C3%A9tique/12440
  3. http://sante.canoe.ca/channel_section_details.asp?text_id=4300&channel_id=44&relation_id=62447
  4. M.HAAS, Elson, MD et Buck LEVIN, PhD, RD. Staying Healthy with Nutrition. The complete guide to diet and nutritional medicine. 21st-Century Edition, New York, Ten Speed Press, 2006, 927 pages.

Commentaires

À propos de l'auteure:  Maggie Dumoulin est une passionnée de la santé, une athlète et une entrepreneure (fondatrice de Primapure). Son but est de partager ses expériences et le résultat de ses recherches afin de vous aider à adopter de meilleures habitudes de vie.